Actualité

Vue 81 fois
15 juin 2018

Carte blanche à l'aumônier

 

 

 

 

Un aumônier de prison raconte qu'un jeune détenu d’origine musulmane nommé Farid souhaitait devenir chrétien. Pendant plusieurs mois, il le fit patienter, mais voyant sa détermination, il l’introduisit dans une équipe catéchuménale. Et la préparation commença. Quatre ans après (il fallut prendre son temps !), Farid semblait prêt et arriva la grande date du sacrement. Le prêtre lui posa les questions rituelles : « Farid-Jean, crois-tu en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ? – oui, je crois, répond-il d’une voix claire et forte (Pour les croyants venus de l’Islam, il est aisé de croire que Dieu est Tout puissant, Créateur de l’univers, même si Dieu n’est pas appelé « Père »).

-Farid-Jean, crois-tu en Jésus-Christ, son fils unique, conçu du Saint-Esprit, né de la Vierge Marie (…)  mort sur la croix, ressuscité ?  Farid-Jean garde un court silence puis répond : «  non ».

L’aumônier le regarde stupéfait. Certes, Il comprend que pour lui, il est plus difficile de croire que Jésus n’est pas seulement un prophète, mais qu’il a bien connu la mort sur une croix et qu’il a traversé la mort par la force de l’Esprit. Alors, le prêtre s’impatiente : « Farid, cela fait maintenant quatre ans que tu m’a tanné pour recevoir le baptême, cela fait des mois et des mois que tu te prépares, tu ne pouvais pas dire « non » avant ?  Farid-Jean, avec un sourire malicieux, lui répond : « Non Père, je ne crois pas, j’en suis sûr ! »

Farid avait parfaitement compris ce que voulait dire « croire en Dieu ». Il ne croyait pas seulement qu'il y a un Dieu qui a accompli des choses très étonnantes et que la raison humaine a du mal à les percevoir. Mais il a fait l’expérience que Jésus est vivant à ses côtés, et qu’il peut lui faire confiance, lui signer un chèque en blanc. Il croit Dieu, qui nous a envoyé son Fils qui nous a remis l’Esprit. Il est entré dans son « mystère ». C’est-à-dire que sa raison sait qu’elle n’aura jamais fini de comprendre, tellement c’est grand. 

 

Extrait de l’homélie pour les 57 élèves qui ont fait profession de foi le 9 juin à la basilique St-Remi

 

Père Nicolas Rousselot


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.