Actualité

Vue 23 fois
19 mai 2018

Quand un ancien répond à l'appel d'un autre ancien

 

 

Témoignage d’Hubert (promo 1976) et Florence de Vriendt 

 

J’ai effectué toute ma scolarité à Saint-Jo et nos 4 enfants ont suivi leurs années de lycée à Saint-Joseph (la dernière est en classe de 1e). J’ai été membre du Conseil d’Administration de l’Association Saint-Joseph pendant 9 ans, de 2007 à 2016. Ma femme Florence et moi avons eu l’occasion d’accompagner les très belles retraites de terminale à l’abbaye d’Ourscamp.

 

De Saint-Jo, j’ai retenu à quel point la notion d’engagement était importante ! Prendre des responsabilités, comme celle de chef d’équipe, et les assumer jusqu’au bout.

J’étais contemporain de Renauld de Dinechin à St-Joseph. Je suis sorti en 1976 et lui en 1977. Je l’ai retrouvé le jour de l’inauguration de la Chapelle Saint-Joseph, à l’issue de sa restauration. Il était alors évêque auxiliaire à Paris.

 

J’ai discuté assez longuement avec lui ce jour-là, évoquant quelques souvenirs. Je lui ai rappelé une conférence, donnée à l’ancien auditorium de la rue des Capucins, et qui m’avait beaucoup marqué. Elle fut dispensée par son papa, alors officier de la marine nationale. Il nous avait parlé de la vie à bord et du rôle du commandant d’un navire, insistant sur l’importance de l’autorité, de la responsabilité et de l’humanité qu’il avait envers ses hommes. J’ai vu Renauld très surpris et presqu’ému que plus de 40 ans plus tard, un collégien puisse se souvenir d’une intervention de son papa ! On peut mesurer l’importance des témoignages proposés aux élèves…

 

Six mois après cette rencontre, il fut nommé évêque du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin, diocèse dont nous dépendons. Nous avons repris contact et j’ai eu l’occasion de lui dire que, maire de mon village, je restaurai son église pour lui permettre de traverser le 21e siècle.

 

Quelques semaines plus tard, il nous demandait, à Florence et à moi, si nous accepterions de piloter et de mener à son terme le projet d’aménagement du chœur liturgique de la cathédrale de Soissons. Voyant l’énergie qu’il déploie pour animer le diocèse, nous avons répondu à son appel, même si nous avons un peu sous-estimé l’ampleur de la tâche !

 

A la suite du Concile Vatican 2 au début des années 1960, il a en effet été décidé de célébrer la messe, non plus au fond de chœur, mais face à l’assemblée. Dans l’urgence, une estrade en bois provisoire a été posée dans le chœur de la cathédrale pour y installer un mobilier liturgique lui aussi provisoire. Ce dispositif est en place depuis plus de 40 ans ! Plusieurs projets de mobiliers définitifs ont été ébauchés depuis lors mais aucun n’a recueilli l’approbation de toutes les parties prenantes (Etat, DRAC, clergé). Seul l’emmarchement en pierre a pu être réalisé au printemps 2017.

 

Notre mission a commencé par la recherche et la consultation d’artistes et d’architectes susceptibles de créer un autel, un ambon, une cathèdre et différents sièges. Le choix s’est porté sur Jean-Marie Duthilleul, architecte et créateur du mobilier liturgique de plusieurs églises et cathédrales. Nous devons maintenant mener la réalisation en liaison avec les services du diocèse (qui collaborent activement), les services de l’État (propriétaire de la cathédrale), et aussi trouver le financement de ce projet auprès des fidèles et amateurs de patrimoine !

 

Certains se demandent s’il est bien utile de consacrer des ressources à ce projet, sachant qu’il y a tant de besoin chez les pauvres, les migrants, les chrétiens persécutés.

 

L’un n’empêche pas l’autre ! La cathédrale de Soissons a beaucoup souffert depuis sa construction il y a 800 ans. Elle fut en particulier fortement détruite en 1917 et ce n’était pas la 1e fois ! En pourtant la population de Soissons l’a toujours  reconstruite, d’ailleurs souvent  en même temps que les quartiers environnants. Nous ne pouvons pas être uniquement des héritiers mais nous devons nous aussi nous inscrire dans la lignée des bâtisseurs et la transmettre encore plus belle et plus rayonnante à nos enfants !

 

C’est également le moins que l’on puisse faire vis à vis des générations et des générations précédentes qui ont permis à la cathédrale de parvenir jusqu’à nous ! Et n’oublions pas que « le beau » est tellement propice à la prière !

 

Une rencontre avec Mgr de Dinechin sera organisée à la maison le 22 Juin 2018 avec les anciens de Saint Joseph qui le souhaitent. A cette occasion, il nous fera partager le contenu de sa mission d’évêque et nous évoquerons ce beau projet. Nous comptons sur la présence du plus grand nombre.

 

Pour en savoir davantage et participer au projet : www.soissons.catholique.fr/nouveau-choeur/

 

Pour nous écrire : entrecieletpierre@soissons.catholique.fr

 

Hubert (promo 1976) et Florence de Vriendt

 

 
 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.